Créer mon blog M'identifier

Le métier d'agent de pompes funèbres

Le 15 janvier 2018, 12:21 dans Humeurs 0

Les pompes funèbres sont un corps de métier indispensable à toute société. On imagine mal en effet une communauté dans laquelle les défunts seraient laissés à leur sort, sans aucun soin. Les conséquences aussi bien sanitaires que psychologiques d'un tel scénario seraient pour le moins dramatiques. Il faut donc des personnes pour s'occuper de nos défunts ; d'où l'existence des agents de pompes funèbres. Ce métier à la fois indispensable et particulier exige de quiconque souhaite le pratiquer certaines aptitudes morales, psychologiques et physiques. L'agent des pompes funèbres a en effet des missions à atteindre dans le cadre de son métier et doit pour cela posséder des qualités indispensables. Voyons donc quel est le rôle d'un agent des pompes funèbres et comment devenir membre des pompes funèbres. Pour cela nous avons pu nous rapprocher d'un acteur qui provient du mileu des pompes funèbres : PF Lutèce, ils nous ont en effet permis d'en apprendre plus sur ce métier inconnu par beaucoup de personnes.

Les métiers du funéraire et les pompes funèbres

Le funéraire à tort ou à raison est très peu connu du grand public. Il s'agit cependant d'un secteur d'activité très dynamique qui offre des possibilités d'emplois. Les pompes funèbres sont le principal métier funéraire, loin devant la marbrerie funéraire. Les agents de pompes funèbres exercent une grande variété d'activités, allant des porteurs chauffeurs aux assistants funéraires.

Les principaux types d'agents de pompes funèbres recherchés

La profession d'agent des pompes funèbres recrute principalement dans les catégories suivantes :
  • Thanatopracteurs pour intervenir sur le corps des défunts. Cette intervention se fait à la demande de la famille éplorée, pour entretenir le défunt et éviter sa dégradation. Pour accéder à ce métier, il faut posséder un diplôme national de thanatopracteur. Les candidats doivent au préalable suivre des formations théoriques et pratiques, et avoir un niveau bac scientifique ;
  • Assistants ou conseillers funéraires qui accueillent, informent et assistent la famille éplorée durant toute l'organisation des obsèques. Un niveau minimum de bac ou bac+2 est requis pour cet emploi ;
  • Agents d'exploitation qui s'occupent de la mise en bières du corps, c'est-à-dire son transfert dans le cercueil. Ces agents se chargent également de la préparation et du portage du cercueil. Ils assistent en outre le maître de cérémonie dans l'écoute de la famille éplorée. Une formation minimale de 16 heures dans l'entreprise funéraire est nécessaire à cet emploi.

Qualités personnelles et détail des formations indispensables à ce métier

D'une manière générale, les métiers de pompes funèbres exigent une très bonne stabilité psychologique et un équilibre social. Le contact répété avec des corps sans vie est une épreuve en soi et demande une force morale importante. En outre, les compétences professionnelles attendues d'un agent de pompes funèbres se sont institutionnalisées. Ces métiers exigent désormais une formation initiale ou un diplôme. Ainsi, le décret n°2012-608 du 30 avril 2012 impose un diplôme spécifique aux fonctions de dirigeant de pompes funèbres, de maître de cérémonie, etc. L'obtention de ces diplômes se fait par voie d'examen ou par équivalence.

Le métier de porteur ne demande par exemple pas de diplôme, mais une formation en entreprise. Quant aux Maîtres de cérémonie ou aux conseillers funéraires, la loi leur exige un Certificat de Qualification Professionnelle (CQP) spécifique.

E-liquide CBD (cannabidiol) : la substance qui permet de vapoter la saveur cannabis

Le 27 décembre 2017, 17:02 dans Société 0

 

À l’origine, la cigarette électronique permet de vapoter des e-liquides avec ou sans nicotine. Depuis peu, il est devenu possible de remplacer la nicotine par une autre substance : le cbd (ou cannabidiol), extrait du chanvre. Quels sont les effets sur la santé ? Que disent les médecins et que dit la loi ?

Vapoter du cannabis avec un « e-joint »

Depuis quelques années déjà, bon nombre de fumeurs sont devenus des vapoteurs. En sera-t-il de même pour les fumeurs de cannabis ? Le substitut est tout trouvé : il s’agit des e-liquides CBD. Consommable de la même façon que les e-liquides classiques, ces fioles contiennent une molécule trouvable assez facilement puisqu’elle n’est pas classée comme étant un stupéfiant. On peut en commander sur internet comme la collection d'e-liquide CBD weedeo de Liquideo.

Pourtant catalogué par les médecins comme « le petit frère du THC » le CBD n’est pas sans effet : il aurait des effets « apaisants », freinerait la vigilance et augmente la température du corps. Il n’apparait pas que cela peut être consommé par n’importe qui et pourtant, on la retrouve dans la plupart des boutiques de vape : la seule restriction existante étant celle de la majorité.

Le e-liquide CBD dangereux ?

Actuellement, rien ne prouve que le produit soit dangereux pour la santé. Par ailleurs, la molécule de CBD est classée comme n’étant pas stupéfiante, faisant exception parmi les cannabinoïdes. Le flou juridique sur la substance n’empêche pas qu’il soit interdit pour les producteurs d’e-liquides de faire l’apologie du cannabis ou bien de faire passer la substance pour un médicament, puisque la cigarette électronique est classifiée comme un objet purement récréatif.

 

Tout comme pour la nicotine, les consommateurs doivent rester attentifs sur les dosages. Il est possible de trouver des préparations contenant également du THC, dont le taux est limité par la loi à 0,2%.  Par conséquent il est important de rester vigilant sur ces achats d’e-liquides

Résidence principale : acheter ou investir, que choisir ?

Le 26 décembre 2017, 13:08 dans immobilier 0

Que choisir pour sa résidence principale : achat ou investissement locatif ?

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une résidence principale ? D'après l'Insee, une résidence principale correspond à l'habitation qui est occupée à titre principal et de manière habituelle par une ou plusieurs personnes d'un même ménage.
Elle s'oppose à la résidence secondaire qui est, toujours selon l’Insee, une habitation servant de lieu de villégiature à ses propriétaires et sur une courtes durées (vacances, week-end..etc).


Vous vous interrogez donc sur la meilleure solution à envisager concernant votre résidence principale ? Faut-il acheter ou investir ?

Si l'investissement locatif consiste à acquérir un bien pour le louer, acheter sa résidence principale peut également présenter des avantages et des inconvénients. Je vous propose aujourd'hui et avec l'avis de Lonlay et Associés, qui est un cabinet expert en gestion de patrimoine, un tour d'horizon pour chacune de ces solutions.

L'achat et l'investissement face au marché immobilier

Depuis 1950, les prix pratiqués dans l'immobilier d'habitation ont augmenté, tandis que les loyers ont, quant à eux, stagné. Ce constat est d'autant plus vrai depuis l’entrée en vigueur de la loi ALUR dont la mesure phare est l’encadrement des loyers.
Acheter sa résidence principale en contractant un crédit immobilier sur une durée plus ou moins longue peut paraître avantageux en comparaison à un investissement locatif où les loyers sont dorénavant drastiquement encadrés.
Cela est à nuancer avec le fait que le loyer au m2 a tendance à diminuer en fonction de la surface du bien immobilier.

Ainsi, pour un ménage composé de plus de deux personnes, la location d'un appartement à grande surface et l'achat de petits appartements destinés à la location semblent être des options avantageuses.

 

L'achat et l'investissement face aux avantages fiscaux

Contrairement à l'achat d’une résidence principale, qui ne donne droit à aucune défiscalisation, investir dans l'immobilier en vue d'une location permet de bénéficier de dispositifs avantageux, tel que Pinel, Censi-Bouvard et la location meublé.

En outre, le loueur en meublé non professionnel bénéficie d'un régime fiscal favorable. Cependant, cela est également à nuancer puisque même si l'achat d'une résidence principale ne donne pas droit à des avantages fiscaux particuliers, il n'en demeure pas moins que cela permet de bénéficier d'un prêt avantageux, comme par exemple le prêt à taux zéro. En ce sens l'avantage bancaire est réel.

Pour les investissements locatifs, les intérêts et assurances de prêts sont déductibles des revenus à déclarer, ce qui reduit considerablement la base taxable.

 

L'investissement et l'achat face au patrimoine

Si acheter sa résidence principale permet de valoriser son patrimoine, investir a également l'avantage de se constituer un apport intéressant financièrement parlant. Cependant, investir dans le locatif nécessite de trouver, pour le loueur, une autre solution de logement.
Enfin, le choix nécessite une étude approfondie des envies et des fonds disponibles. Un propriétaire sera libre d'aménager et de faire les travaux qu'il souhaite dans son logement, à la différence d'un locataire par exemple.

L'achat d'une résidence principale est, de la même manière, un projet qui s'inscrit sur un long terme. Il convient ainsi de prendre en considération tous ces facteurs de vie et de projet.



Choisir entre l'achat ou l'investissement dans sa résidence principale n'est pas sans conséquences. Que ce soit au regard des avantages financiers, fiscaux ou tout simplement du niveau de vie et du projet sur un plus ou moins long terme, la solution à adopter ne sera pas la même.

 

Au regard des éléments précités, le cabinet Lonlay et Associés préconise, après la réalisation d’un bilan patrimonial précis, de privilégier l'investissement locatif dans la première partie de sa vie afin de créer du patrimoine, de se réserver des possibilités d'évolutions géographiques, professionnelles et également familiales.

Voir la suite ≫